Inscription à l'infolettre


Arlequin, serviteur de deux maîtres

Arlequin serviteur de deux maîtres

Du 21 janvier au 15 février 2014
Durée de la pièce : 2h25 avec entracte

Texte de Carlo Goldoni

Mise en scène de Jacques Leblanc

Assistance à la mise en scène par Jocelyn Paré

Distribution :

Marc Auger
Charles-Étienne Beaulne
Emmanuel Bédard
Joëlle Bourdon
Frédérique Bradet
Marie-Hélène Gendreau
Jean-Michel Girouard
Simon Lepage
Maxime Perron
Patric Saucier


Venise. Pantalone et le Dottore Lombardi discutent du mariage de leurs enfants, Clarice et Silvio. Arrive Arlequin, valet de l’ancien promis de Clarice, Federigo Rasponi, mort récemment. Ce valet annonce l’entrée en scène de… Federigo lui-même! Branle-bas de combat chez tous les personnages et principalement chez Arlequin qui, par sa maladresse, sera au cœur d’intrigues et de nombreux quiproquos hilarants.

Comédie ensoleillée où les masques de la commedia dell'arte tombent, Arlequin serviteur de deux maîtres est fou, drôle, brillant !

Pour un avant-goût de la pièce : http://www.youtube.com/watch?v=YsDSNBmv-uY


LES CONCEPTEURS

Décor : Michel Gauthier
Accessoires : Ariane Sauvé
Costumes : Denis Denoncourt
Maquillages et prothèses : Vanessa Cadrin
Éclairages : BlackOut Design
Musique originale : Marc Vallée


L'AUTEUR - Carlo Goldoni

Carlo Goldoni naît le 25 février 1707, au milieu d’une famille bourgeoise de Venise. Son père est apothicaire et doit voyager fréquemment pour son travail. Le jeune Goldoni passe donc une bonne partie de son enfance auprès de sa mère et de sa tante, qui l’éveillent à la lecture. Il baigne dans une atmosphère familiale où le spectacle et le théâtre sont très présents : son grand-père fait donner des opéras à la maison et il s’amuse avec un théâtre de marionnettes que son père lui a fabriqué.

Les débuts de Goldoni comme écrivain sont éclectiques. Il se commet dans la tragédie, le mélodrame et surtout les intermèdes comiques, où, par la caricature qu’il fait de la vie quotidienne de Venise, il découvre que sa vocation est celle de la comédie. Sa première vraie pièce comique date de 1738 : L’Uomo di mondo (L’Homme du monde) dont l’originalité tient au fait que le texte du protagoniste y est entièrement écrit, contrairement aux canevas de la commedia dell’arte auxquels les acteurs comiques étaient habitués. Goldoni construisait alors les assises de la réforme qu’il allait défendre dans les années subséquentes.

Carlo Goldoni s’éteint à Paris le 6 février 1793. Il aura légué en héritage une œuvre imposante et riche : une centaine de comédies, une quinzaine de tragi-comédies, des tragédies, des intermèdes comiques, de nombreux opéras-bouffes ainsi que des livrets d’opéra.

 

LE METTEUR EN SCÈNE - Jacques Leblanc

Diplômé du Conservatoire d’art dramatique de Québec en 1981, Jacques Leblanc est directeur artistique du Théâtre de la Bordée depuis près de dix ans. Il a joué dans de nombreuses productions théâtrales, tant sur la scène locale que provinciale, et a remporté à cinq reprises le prix Paul-Hébert, récompensant l’interprétation d’un premier rôle. Il a notamment incarné Argan dans Le malade imaginaire, Hosanna dans Hosanna, Richard III dans Richard III, Scapin dans Les fourberies de Scapin, Estragon dans En attendant Godot et Arnolphe dans L’École des femmes. En 2012, on a pu le voir dans le rôle de Hamm dans la pièce Fin de partie, présentée au Théâtre de la Bordée. Jacques Leblanc a, de plus, été nominé à cinq reprises au Gala des Masques. En 2009, il a remporté le prix de la meilleure mise en scène pour la pièce Le Menteur, remis dans le cadre des Prix d’excellence des arts et de la culture. Il se spécialise également dans la mise en scène d’opéras; il a notamment réalisé celle de Madame Butterfly de Puccini, présenté à l’Opéra de Québec l’automne dernier.


REVUE DE PRESSE

Critiques

« Arlequin, serviteur de deux maîtres s’impose comme l’illustration de la mystérieuse alchimie entre le talent, l’intelligence et l’art du jeu. »

« On connaît le savoir-faire de Jacques Leblanc, sa maîtrise des classiques (...) mais la mise en scène qu’il signe ici s’impose comme un véritable morceau d’anthologie. »

« On retire de l’Arlequin de Leblanc, bien à l’écart de la facilité et du simple divertissement, un précieux esprit de troupe et sa plus-value, de remarquables jeux d’acteur. »

Sylvie Nicolas, Le Devoir

« Jacques Leblanc signe une mise en scène ludique et actuelle (...) appuyée par un jeu solide des  interprètes. »

Camille Simard, Radio-Canada, Téléjournal Québec

« C'est avec de l'agilité et un certain doigté qu'il fallait attaquer ce texte et les acteurs y parviennent de façon ingénieuse en présentant un jeu très bien dosé. »

« Leblanc a su offrir une relecture contemporaine et très originale de ce qui aurait facilement pu être une simple répétition de procédés mille fois utilisés. »

« Une production de haute voltige. »

Francis Bernier, MonThéâtre.qc.ca

« Un divertissement diablement efficace. »

Isabelle Houde, Le Soleil

« Le metteur en scène Jacques Leblanc a fait un travail extrêmement rigoureux au niveau de la mise en scène et de la direction des acteurs (…) qui est exceptionnelle. »

« Il y a une véritable unité dans le ton, dans la façon de jouer qui donne beaucoup de couleurs et de force au texte de Goldoni. »

Robert Boisclair, CKRL, Les enfants du paradis (À 2 min. 50 sec.)

« C’est drôle, intelligent, joué de brillante façon (...). C'est surtout à ne pas manquer. »

Yves Leclerc, le Journal de Québec

Entrevues

Isabelle Houde - Le Soleil (Entretien avec Jacques Leblanc et Denis Denoncourt)
20 janvier 2014

Robert Boisclair - CKRL, Les enfants du paradis (Entretien avec Charles-Étienne Beaulne et Jacques Leblanc - À 42:10)
6 janvier 2014